Guillaume Monsaingeon > mappamundi

C'est par un palimpseste cartographique que Jessica Vaturi engage
son corps (nos corps), pris dans une imbrication entre réseau anatomique
et réseau métropolitain. La plongée endoscopique dans les artères et dans
les tunnels du métro renvoie à la matière transpercée, à l'intimité même.
Les déplacements prennent une forme inquiétante, le danger rôde dans les
artères comme dans les tunnels du métro.

Ce qui semblait un réseau neutre de voies de communications réversibles
(le plan de métro) devient chemin hautement hiérarchisé et directionnel,
chargé de sécrétions, de sang propre ou impur. Les planches anatomiques
de Vésale instituaient la topologie à livre ouvert des organes et de leurs
connections; le London Underground Map d'Harry Beck (1931) inventait
une lecture neutre et abstraite des connections urbaines.

Radicale dans sa rupture avec le monde sensible, cette carte implique
que le métro, déjà invisible depuis la surface, soit désormais représenté
graphiquement sans tenir compte de l'espace, des distances et des
localisations habituelles : pure abstraction et magnifique invention
conceptuelle, ce diagramme est une étape aussi importante que l'invention
de l'atlas dans la désensibilisation notre rapport à l'espace.

01 / 02




mappamundi
 - 2011 
Museu Colecçao Berardo