« Le portraituré est otage*. »


Certes, les dames du 39 rue de T. sont les « captives » consentantes du médium
photographique ; toutefois ni la réalité de leur visage et de leur corporalité,
ni le lieu singulier qui les constitue ne figureront là.
Tout au plus prêtent-elles – je les en remercie – les traces de leur visage unique
à la composition d’une série d’interrogations.


* Paul Ardenne, « Dans l’image photographique, moi. Variation sur une destinée d’otage ».
06 / 06

mères et filles au 39 rue de T., Paris - 2004

25 autoportraits photographiques